KRAKATAU (Indonésie)

Longitude : 105 ° 423 Est
Latitude :  6° 102 Sud
Altitude :  environ 300 m

Les prémices de l'éruption de 1883 - Les flamboiements du ciel -

L'Anak Krakatau

Ce volcan actif est situé dans le détroit de la Sonde entre les îles de Sumatra et de Java. À l’origine les îles de Krakatau étaient composées des îles de Rakata (où le volcan entrera en éruption), de Verlaten (Sertung) et Lang (Rakata Kecil).
En août 1883 s’y produisit l’une des plus grandes éruptions volcaniques de l’histoire.

Carte représentant le Krakatau avant l'éruption de 1883 (Verbeek, 1885)

Les prémices de l'éruption de 1883

Les prémices de cette éruption débutèrent le 20 mai 1883 quand une grosse explosion se produisit avec d'importantes chutes de cendres.
Dans les trois mois qui suivirent le volcan conserva une activité permanente. Les capitaines des bateaux, qui passent à proximité, notent dans leur cahier de bord les différentes phases éruptives de ce nouveau "phare".
"Le seul désagrément est de nettoyer le pont des navires recouvert à chaque fois, par les retombées de cendres".
Cependant, situé à 40 km des côtes les plus proches, l'activité du volcan n'inquiète pas particulièrement les populations locales.

Vue du Krakatoa lors des premières phases de l'éruption, d'après une photographie prise le 27 mai 1883 (Tiré de l'ouvrage The eruption of Krakatoa and subsequent phenomena, édité par G. J. Symons.

L’éruption paroxysmale du 27 août 1883

— 26 août 1883, 13 h.
Début d'une série d'explosions de plus en plus violentes. Les détonations correspondantes sont entendues jusqu'à 600 km du volcan.

— 14 h.
Le ciel s'obscurcit.

— 17h30.
Un premier raz de marée s'abat sur les côtes.

— 27 août, 2 h du matin.
Une détonation beaucoup plus forte est entendue jusqu'à Singapour à 1 400  km du Krakatau.

 — 27 août à 10 h du matin.
C'est l'explosion paroxysmale. L'île est volatilisée. Le ciel s'obscurcit à 200 km à la ronde.

« Puis les cendres se mirent à pleuvoir. Aux cendres succéda la pierre ponce, mêlée de boue. Puis vint la nuit, une nuit noire opaque, de dix-huit heures, pendant laquelle toutes les forces aveugle de la nature unirent leurs efforts pour renouveler le Chaos. La mer furieuse, hurlante, se souleva. Une vague colossale s'engouffra dans le détroit, courant avec une vitesse insensée et se rua avec rage sur les terres. D'autres vagues suivirent celle-ci, non moins gigantesques, non moins furieuses, non moins destructives, poursuivant leur œuvre au milieu des ténèbres. Quand le jour reparut enfin, pâle et blafard, ce fut pour éclairer un spectacle lamentable et effrayant. Des villes, la veille animées, vivantes, pleine de mouvement et de bruit, avaient disparu. Ainsi Telok-Bétong, au fond de la baie de Campong, dans l'île de Sumatra ; à Java, Bantam, Anjer, Tjéringin, tous les villages de la côte, et la côte elle-même....».tiré de L'Illustration du 22 décembre 1883.

La détonation fut entendue jusqu’en Australie, en Nouvelle-Guinée, aux Philippines et aux Indes à 5 000 km. Ce fut "le plus grand bruit jamais entendu sur Terre".
L’onde de choc avec ses répliques fut perçue par tous les baromètres des observatoires du monde. Ces ondes firent ainsi trois fois le tour du globe. L'éruption recouvrit de ponces et de cendres une surface de 820 000 km2. Du 26 août 1883, à 13 h, au 28 août au matin, un volume de plus de 20 km3 de cendres dacitiques furent émis.
Un énorme raz de marée avec des vagues hautes de 15 à 30 m submergea les côtes de Java et de Sumatra jusqu'à 3 à 4 km à l'intérieur des terres. C’est ainsi qu’une canonnière, la "Barouw" se retrouva en cale sèche, dix mètres au-dessus du niveau de la mer, à plus de 3 km à l'intérieur des terres.

La canonnière Barouw sur la rivière Kouripan. Gravure tirée de Krakatau et le détroit de la Sonde par Edmond Cotteau (1884) copyright Dominique Decobecq

La canonnière Barouw sur la rivière Kouripan. Gravure tirée de "Krakatau et le détroit de la Sonde" par Edmond Cotteau (1884). copyright Dominique Decobecq

Le raz de marée submerge les alentours et 297 villages sont détruits provoquant la mort de plus de  40 000 personnes... Les ondes marines arrivèrent jusqu'en Europe où elles furent enregistrées avec encore une amplitude de 30 cm...à 2 000 km de leur point de départ.  L'émission soudaine de ponces a vidé la chambre magmatique créant un effondrement d'environ 500 m à l'origine du tsunami.
Plusieurs jours après cette éruption aucune navigation ne fut possible dans le détroit de la Sonde, la mer étant encombrée d’énormes masses de ponces flottantes.
 
 

Carte représentant le Krakatau après l'éruption de 1883 (Verbeek, 1885)

Les

flamboiements du ciel

Quelques mois après l'éruption du Krakatau les couchers de soleil en Europe avaient un aspect très particulier. Le ciel s’embrasait et prenait une teinte rouge sang. Ce spectacle se prolongeait 1h à 1h 30 après le coucher du Soleil. Le phénomène dura pendant quelques années ce qui fit le bonheur des aquarellistes et des peintres.

Une des six chromolitographie de W. Ascroft, réalisée le soir du 26 novembre 1883 (Tiré de l'ouvrage The eruption of Krakatoa and subsequent phenomena, édité par G. J. Symons.
Ces splendeurs étaient dues aux aérosols projetés dans la stratosphère par l'éruption et qui tournèrent pendant plusieurs années autour de la Terre. Les aérosols sont de fines particules d'acide sulfurique et de poussières de verre qui mesurent moins d'un micron de diamètre. Leur présence dans l'atmosphère provoque la diffusion de la lumière, en particulier le soir quand les rayons du Soleil sont obliques. Ce type de phénomène se reproduit à chaque éruption très importante, qui émet de grandes quantités de poussières dans la haute atmosphère, ce qui fut aussi le cas, en 1991, lors de l'éruption du Pinatubo, aux Philippines et lors de l’éruption du Tambora en 1815.

Les flamboiements du ciel suite à l'éruption du Pinatubo. photo Dominique Decobecq

L'Anak Krakatau (l'enfant du Krakatau)

En décembre 1927, 44 ans après le cataclysme, le volcan fait à nouveau parler de lui. L'Anak Krakatau, l'enfant du Krakatau, fait son apparition. Début janvier (le 3) des explosions se succèdent pratiquement toutes les minutes, lançant en l'air des gerbes noires de cendres et d'importants nuages de vapeurs. On qualifie ce type de manifestation, d'activité surtseyenne.

Le 22 janvier 1928 la puissance des projections augmentent, des blocs sont projetés à plus de 1 200 m de hauteur. Les phénomènes sont si importants que la population se réfugie dans les terres à l'abri de tout raz de marée

Le 26 janvier le volcan émerge. Pour la première fois dans l'histoire de la volcanologie un réseau d'observation est mis en place sur l'île de Lang et sur l'île de Java. Ces deux points d'observations sont reliés par télégraphe et sont relié au réseau téléphonique. Un an plus tard, sa hauteur atteint environ 9 m au-dessus du niveau de la mer. Puis l'activité cesse. Quelques mois plus tard l'île disparaît, "mangée" par l'érosion.

Un an après, en juin 1930, l'activité redémarre. L'île réapparaît et grandit et le 9 août elle atteint la hauteur de 56 m pour de nouveau disparaître le lendemain.
Quatre jours plus tard, l'Anak Krakatau émerge pour la troisième fois, avec une activité éruptive persistante accompagnée de coulées de lave.
Au fil des éruptions il atteint en 1941 la hauteur de 132 m ; 138 m, en 1950. À partir de cette date un second cône commence à croître dans le lac de cratère, il atteint dix ans plus tard 30 m. En 1968, il est en pleine phase de croissance et atteint la hauteur de 159,46 m.
En 1977, il dépasse les 181 m et arrive enfin, en 1981, à atteindre les 160 m de hauteur.
De 1992 à 1997, l'Anak Krakatau présente une forte activité strombolienne et il dépasse actuellement les 300 m de haut.
 

Le site d'Alain Catté avec une page sur le Krakatau.

Référence : The volcanic eruption and its effects,   par Tom Simkin et Richard S. Fiske (Smithsonian Institution Press, 1983).